Adorer Allah.

Home Principes de tassawouf Adorer Allah.
chapelet

chapelet

« Je n’ai créé les djinns et les humains que pour qu’ils m’adorent » (Coran 51 v.56)
Le verset commence par ce rappel : Il est Le Créateur, Seul et Unique, toute création Lui étant contingente.
Allah, subhanahu wa ta‘ālā, n’a pas choisi le terme « croyants » ou « musulmans » pour désigner ceux qui doivent l’adorer, mais un terme général qui englobe toutes les catégories : « les humains », al-ins. « Les humains » place cette vérité indépendamment de toute notion de foi ou de connaissance religieuse. Tous les êtres, qu’ils soient ou non croyants, qu’ils en soient ou non conscients, sont soumis à sa Son adoration du fait même qu’ils ne sauraient exister hors Sa Volonté. Qu’elle le veuille ou non, toute créature est vouée à adorer Allah, subhānahu wa ta‘ālā, dans le sens où chacune de ses respirations, chacun de ses battements de cœur, chaque élément nécessaire à son maintien en vie provient de La volonté divine. Ainsi est établie la Vérité : « Je n’ai créé les djinns et les humains que pour qu’ils m’adorent ».

En l’exprimant dans le Coran, Allah, subhānahu wa ta‘ālā, a voulu que cette vérité soit révélée aux croyants. C’est la preuve qu’Allah, Rabbunā, souhaite que cette adoration soit conscientisée, vécue et recherchée par le croyant. Ce dernier ne peut plus nier le sens de son existence : adorer Allah. Dès lors il n’aura de cesse de mettre en œuvre une adoration qui soit agréée. En ce sens, l’Islam peut être vu comme l’expression des modalités de dévotion qui siéent au Créateur. Tout en faisant connaître aux humains le sens de leur existence, Rabbunnā leur a parfait l’Islam pour les guider dans leur adoration.

Cette adoration commence par l’obéissance aux prescriptions divines ; elle se poursuit par la connaissance de Ses Noms et Qualités ; elle se renforce par l’excellence du comportement, al-Ihsān, jusqu’à ce que le souvenir d’Allah devienne permanent. « Mon serviteur n’a de cesse de se rapprocher de Moi par des œuvres surérogatoires, jusqu’à ce que Je l’aime. Et quand Je l’aime, Je deviens l’ouïe avec laquelle il entend, la vue avec laquelle il voit, la main par laquelle il saisit et le pied avec lequel il marche ».

Quel que soit le niveau de proximité, quelle que soit la puissance de l’appel spirituel, chacun est amené à réaliser le rapprochement qu’Allah souhaite pour lui. Que l’adoration se limite aux respects des obligations et des interdits ou bien qu’elle soit vécue consciemment à chaque souffle qui exhale de la poitrine, prime par-dessus toute la sincérité et la pureté de l’intention que le serviteur met dans ses actes. Le meilleur chemin consistera alors à s’orienter dans le licite et à répondre à l’appel divin à la hauteur de l’intensité qui vibre dans nos cœurs.

C’est à ce chemin d’adoration que Le Prophète n’eut de cesse d’exhorter « les humains » (à une époque où bien peu étaient musulmans). Non pas qu’Allah, al Qayyum, ait besoin d’être adoré, mais parce en tant que reflet du Miséricordieux, Le Prophète souhaitait que chaque âme se réalise à son plus haut degré de lumière divine. Sallā Allahu ‘alayhi wa sallam.
Allah est plus savant. Nous implorons Son pardon et espérons en Sa Miséricorde.

Votre dévoué, Sofiane (Muqaddam de la Tariqa Madaniyya à Lyon).
04 -08-2018.

« Yā Latīf ! », (Ô Toi, le Doux) !

« Yā Latīf ! », (Ô Toi, le Doux !), est également une courte invocation, très puissante, d'un Nom divin qui synthétise les attributs de beauté, de douceur et de bienveillance de l’Essence divine. Une notion de subtilité est incluse dans ce Nom qui agit comme un...

Une tradition musalsal [récit rapporté avec les gestes l’accompagnant]

As-Suyūtī dit : « J’ai rapporté, à ce sujet, une tradition musalsal [récit rapporté avec les gestes l’accompagnant] que m’avait transmis notre Maître, l’Imām Abū ‘Abd Allah, Muhammad Ibn Abī Bakr, Ibn ‘Abd Allah, de ses propres paroles. Je vis à la main une sibḥa...

L’Ikhlās (pureté des intentions)

سبحة اليسر Oui, l’invocateur doit purifier son intention et en enlever les taches d’ostentation. L’Ikhlās (pureté des intentions) est l’esprit des actions, comme l’avait dit Ibn ‘Atā’ Allah, qu’Allah agrée, dans ses « Maximes ». Le Seigneur des univers nous l’a...

Les meilleures invocations

Cheikh Sidi Mohammed Al-Mounawwar al-Madani, qu’Allah le préserve, dit dans une moudhakara (rappel) : « Les meilleures invocations par lesquelles on pourrait invoquer Allah, en secret et publiquement, sont celles prononcées par le Prophète, sallâ Allahu ‘alayhi wa...

Sidi ‘Ali Chbili

Un beau jour, sidi ‘Ali Chbili, (Ville deChrahil, Tunisie),que Dieu ait son âme, posa cette question à son Maître Sidi Mohammad Al-Madani: - Invoquez-vous (encore) le Nom suprêmeSīdī? - L’invocation des Connaisseurs réalisés est la contemplation (muchāhada) ; alors...

Allons-y mes frères

Un ancien poème du Cheikh Mohammed al-Madani, écrit en dialecte tunisien. Il y incite les frères à rendre visite à leur Maître avec passion et volonté. 1) Allons-y les frères ! Que nous rendions visite à notre père, détenteur de la Preuve. 2) Allons lui rendre visite...